Publicado en línea el Jueves 31 de julio de 2014, por Estelle Leroy-Debiasi *

Le juge Griesa tiendra une nouvelle audience demain, vendredi 1er août, à 11 heures (heure de New-York) durant laquelle sera abordé le dossier « Argentine vs Fonds Vautours » (Voir L’Argentine en « Griefault » mais pas en cessation de paiement).

Le juge donnera-t-il des réponses aux questions posées par les détenteurs de titres dont l’argent est bloqué sur son ordre dans les comptes de la Bank of New-York, et dont certains avaient déposé un memo il y a quelques jours ?

Sans attendre, la Bank of New York Mellon –a envoyé un communiqué à ces détenteurs de titres de dette restructurée pour leur expliquer que « par recommandation » du juge l’argent déposé par l’Argentine demeure bloqué dans ses comptes. Pour mémoire, l’Argentine a envoyé le 30 juin dernier 536 millions de dollars correspondant à l’échéance due.

La banque a ajouté qu’elle est dans l’attente d’un nouvel ordre « dont la teneur et la date n’est pas encore connu ». Enfin, la banque ajoute « que les détenteurs de titres ne devraient avoir la banque comme seule source d’information », et que « BoNY ne fait pas de recommandation ou ne donne pas de conseil légal ou d’investissement » .

Par ailleurs selon le Wall sreet journal, JP Morgan Chase serait en discussion avec les Fonds Vautours, à savoir - pour acquérir les fameux titres en leur possession, pour lesquels ils réclament 1.3 milliards à l’Argentine. Le porte parole de la banque a refusé tout commentaire ; cette solution semble avoir l’aval de la place financière, embarrassée par la décision du juge Griesa qui met à mal l’avenir de l’industrie de la restructuration de dette.

Par la voix des représentants d’Aurélius, les fonds vautours ont fait savoir qu’ils n’avaient pas reçu d’offre intéressante de la part des banques privées argentines, en référence aux démarches entreprises par certains membres de l’ABEDA, évoquées hier.

Enfin, l’International Swaps and Derivatives Association devrait se pencher vendredi 1er aout sur le fait que si l’argent n’a pas été touché par les détenteurs de titres, même s’il a été versé par l’Argentine, cette situation relève de un « credit event » ou pas et si les titres sur contrats d’assurance liés à cette dette- ou CDS sont concernés .

Estelle Leroy-Debiasi pour El Correo

* Estelle Leroy-Debiasi est journaliste professionnelle, Diplômée en Economie, ex rédactrice en chef du quotidien économique La Tribune.

El Correo. Paris, 31 juillet 2014

Contrat Creative Commons
Cette création par http://www.elcorreo.eu.org est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 Unported.


[ Imprimir este artículo ] [ Enviar a un amigo ] [ Ir a la cabecera ]
 

 
 

   APPS

   ARGENTINA

   BOLIVIA, golpe de estado

   COLOMBIA

   DEMOCRACIA

   DERECHOS HUMANOS

   DESARROLLO/GLOBALIZACIÓN

   DIÁLOGO NORTE-SUR

   ECOLOGÍA VS ECONOMÍA

   ECUADOR

   ENLACES - LINKS

   ESPAÑA

   EUROPA

   GUATEMALA

   HONDURAS

   MÉXICO

   OLVIDADOS POR LA HISTORIA

   PUEBLOS INDÍGENAS DE AMÉRICA

   SOLIDARIDAD

   TRIBUNA LIBRE

   VENEZUELA



LISTA DE CORREO


�Desea participar al enrequecimiento de esta p�gina?

�Quiere denunciar alguna situaci�n?

Env�enos su art�culo a esta direcci�n de correo electr�nico:

   webmaster@respublicae.org

[ Mapa del sitio ] [ Ir a la cabecera ]

 


 
En la misma sección

Leer otros artículos :
Après les élections allemandes, l’axe franco-allemand, est encore plus difficile
L’Amérique Latine à l’heure du lumpencapitalisme
« Les connards qui nous gouvernent »
Terrorisme : Les masques tragiques d’une guerre impossible
Déclaration du gouvernement révolutionnaire de Cuba
Les États-Unis, incroyablement instables
Communique sur l’attaque à des bâtiments oficiels au Venezuela
Pour comprendre la révolte des Haïtiens
Communiqué ACAF : Répression inédite devant le Congrès à Buenos Aires
De nouveau l’arbitaire US empêche le transport de personnes



[ Ir a la cabecera ]
 

Portada En breve Mapa del sitio Redacci�n


Respublicae.Org es un portal abierto que se nutre de los trabajos de muchos colaboradores ben�volos externos, de diferentes origen e ideolog�a. Por lo tanto, los administradores de este portal no se hacen responsables de las opiniones vertidas en los art�culos que aqu� se publican.
Copyright © RESPUBLICAE.ORG 2003-2007
Sitio web desarrollado con SPIP, un programa Open Source escrito en PHP bajo licencia GNU/GPL.
Dise�o © Drop Zone City & Respublicae.Org