Publicado en línea el Viernes 4 de marzo de 2016

L’ex-président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva a été interrogé par la police dans le cadre de l’enquête pour des faits de corruption au sein de la compagnie pétrolière Petrobras.

<img src='http://www.elcorreo.eu.org/local/cache-vignettes/L450xH300/lula-2-ee1aa.jpg' width='450' height='300' alt='JPEG - 12.3 ko' />

<dt
class='spip_doc_titre' style='width:350px;'>Luis Ignacio "Lula" da Silva

L’ancien président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva a été interrogé par la police fédérale dans le cadre de l’enquête pour des faits de corruption au sein de la compagnie pétrolière Petrobras, en vue d’être relâché après son audition.

Selon la police, des éléments de l’enquête montrent que des pratiques frauduleuses au sein de l’entreprise publique ont personnellement profité à Lula sous forme de paiements et de biens immobiliers de luxe.

La police estime qu’un système de corruption et de blanchiment d’argent a permis de financer des campagnes électorales et de couvrir des dépenses du Parti des travailleurs (PT) dont Lula était le chef de file.

« En plus d’être le chef du parti, l’ex-président Lula était l’un des responsables qui décidaient en dernier ressort de la nomination des directeurs de Petrobras et l’un des principaux bénéficiaires de ces crimes », précise le communiqué de la police.

« Il existe des preuves que ces crimes l’ont enrichi et ont financé des campagnes électorales et ont servi de trésor à sa formation politique », poursuit le communiqué.

La police a mené 33 perquisitions et délivré 11 mandats d’arrêt dans le cadre de l’enquête Operation Carwash, dont deux à San Bernardo do Campo où réside Lula, qui a été entendu dans les locaux de la police.

Quelque 200 policiers et 30 agents du fisc ont participé à cette vague d’opérations vendredi.
Lula a exercé les fonctions de président du Brésil de 2003 à 2010, période au cours de laquelle la plupart des malversations se sont produites, selon le ministère public.

El Correo avec agences, Paris le 4 mars 2016


[ Imprimir este artículo ] [ Enviar a un amigo ] [ Ir a la cabecera ]
 

 
 

   APPS

   ARGENTINA

   BOLIVIA, golpe de estado

   COLOMBIA

   DEMOCRACIA

   DERECHOS HUMANOS

   DESARROLLO/GLOBALIZACIÓN

   DIÁLOGO NORTE-SUR

   ECOLOGÍA VS ECONOMÍA

   ECUADOR

   ENLACES - LINKS

   ESPAÑA

   EUROPA

   GUATEMALA

   HONDURAS

   MÉXICO

   OLVIDADOS POR LA HISTORIA

   PUEBLOS INDÍGENAS DE AMÉRICA

   SOLIDARIDAD

   TRIBUNA LIBRE

   VENEZUELA



LISTA DE CORREO


�Desea participar al enrequecimiento de esta p�gina?

�Quiere denunciar alguna situaci�n?

Env�enos su art�culo a esta direcci�n de correo electr�nico:

   webmaster@respublicae.org

[ Mapa del sitio ] [ Ir a la cabecera ]

 


 
En la misma sección

Leer otros artículos :
Les Etats-unis d’Amérique : « Le juge » du monde
La question n’est pas de savoir pourquoi le Chili a explosé, mais pourquoi il n’a pas explosé auparavant ?
De nouveau l’arbitaire US empêche le transport de personnes
Rafael Correa : « Nous ne tolérerons pas les déclarations du Département d’Etat US »
Appel à rejeter la soumission du Peuple Argentin aux Fonds Vautours
Les narrations politiques et l’invention de la réalité
Chomsky : L’état de surveillance dans les pays libres
Répression sociale en Argentine :Considérations sur le Protocole d’action dans les Manifestations Publiques
La haine de gauche de la souveraineté
Violations et disparitions, la répression cachée au Chili



[ Ir a la cabecera ]
 

Portada En breve Mapa del sitio Redacci�n


Respublicae.Org es un portal abierto que se nutre de los trabajos de muchos colaboradores ben�volos externos, de diferentes origen e ideolog�a. Por lo tanto, los administradores de este portal no se hacen responsables de las opiniones vertidas en los art�culos que aqu� se publican.
Copyright © RESPUBLICAE.ORG 2003-2007
Sitio web desarrollado con SPIP, un programa Open Source escrito en PHP bajo licencia GNU/GPL.
Dise�o © Drop Zone City & Respublicae.Org