Publicado en línea el Sábado 4 de abril de 2020, por Pepe Escobar *

Dans le cadre de la « Ceinture et la Route » [Belt and Road], la Chine fournit des médicaments et des produits de santé à une grande partie du monde, y compris à l’Europe frappée par le virus.

Lorsque le Président Xi Jinping a téléphoné à la mi-mars au Premier Ministre italien Giuseppe Conti, avant l’arrivée d’un vol de la Chine orientale de Shanghai à Milan rempli d’aide médicale, l’élément décisif a été la promesse chinoise de développer une Route de la Soie de la Santé (Jiankang Sichou Zhilu).

En fait, cet engagement était déjà inscrit dans le programme de l’Initiative « Ceinture et Route » depuis au moins 2017, dans le cadre d’une connectivité sanitaire pan-européenne renforcée. La pandémie n’a fait qu’accélérer le calendrier. La Route de la Soie de la Santé sera parallèle aux multiples corridors terrestres de la Route de la Soie et de la Route Maritime de la Soie.

Dans une démonstration graphique de puissance douce, la Chine a jusqu’à présent offert des équipements pour lutter contre le Covid-19 et une aide médicale à pas moins de 89 nations – et ce n’est pas fini.

Cela couvre l’Afrique (en particulier l’Afrique du Sud, la Namibie et le Kenya, Alibaba annonçant qu’elle enverra de l’aide à toutes les nations africaines), l’Amérique Latine (Brésil, Argentine, Venezuela, Pérou), l’arc de l’Asie de l’Est à l’Asie du Sud-Ouest et l’Europe.

Les principaux bénéficiaires en Europe sont l’Italie, la France, l’Espagne, la Belgique, les Pays-Bas, la Serbie et la Pologne. Mais l’Italie, surtout, est un cas très particulier. La plupart des contributions sont des dons. Les autres sont des transactions, comme les millions de masques vendus à la France (et aux États-Unis).

Il y a moins d’un an, l’Italie est devenue la première nation du G-7 à signer un protocole d’accord pour rejoindre officiellement la Ceinture et Route – au grand dam de Washington et de la galaxie atlantique à Bruxelles et au-delà.

Au début de cette année, en Sicile, j’ai discuté en détail de ces subtilités avec Enrico Fardella, Professeur d’Histoire à l’Université de Pékin et expert des relations entre la Chine et la Méditerranée .

L’Italie est soutenue sur une multitude de fronts, non seulement au plus haut niveau politique, mais aussi par la Croix-Rouge chinoise, des associations sino-italiennes, des entreprises chinoises de technologie/logistique et des dons d’Alibaba, Huawei, ZTE et Lenovo. Trois équipes médicales chinoises se trouvent actuellement en Italie.

Tout cela s’inscrit dans le cadre plus large du projet Ceinture et Route, qui prévoit des investissements à Gênes et à Trieste, deux ports clés et des futurs nœuds de la Ceinture et Route.

Cette offensive chinoise de puissance douce est soigneusement calibrée pour compenser la paralysie actuelle des chaînes d’approvisionnement mondiales. La Chine fait maintenant des heures supplémentaires pour approvisionner de nombreuses régions du monde en médicaments et matériel de santé connexe – toujours en gardant à l’esprit le cadre de la Ceinture et Route, mettant ainsi l’accent sur la mondialisation 2.0.

Cela montre bien l’interconnectivité des nations qui ont un besoin urgent de développement et d’infrastructures, ainsi que la nécessité de disposer de bons systèmes et pratiques de santé.

Et cela prépare le terrain pour, lorsque le Covid-19 sera plus ou moins apprivoisé et que l’économie chinoise sera complètement rétablie, le redémarrage de la Ceinture et Route : une tendance historique inexorable basée sur un nouveau modèle économique que Pékin juge plus équitable, et dans l’intérêt du Sud global.

Le « mensonge chinois »

Une Route de la Soie de la Santé est déjà en vigueur quand on voit la Chine, la Russie – et Cuba avec son système de santé de premier ordre – envoyer des équipes de médecins et de virologues ainsi que des avions avec du matériel médical en Italie, et la Chine envoyer des médicaments, des kits de tests et des fournitures à l’Iran illégalement sanctionné.

La Chine a immédiatement compris l’enjeu en voyant le Covid-19 ravager de nombreux points essentiels du célèbre Made in Italy. Avec son offre de fabrication qualifiée et moins chère, la Chine avait d’abord attiré les principales maisons de couture italiennes à externaliser leur production en Chine, et surtout à Wuhan.

La connectivité – qui existe depuis des décennies – fonctionne dans les deux sens. Les investisseurs chinois ont commencé à arriver dans le nord de l’Italie au début des années 1990. Ils ont acheté une série d’usines, les ont rénovées, ont créé leurs propres marques Made in Italy et ont fait venir des dizaines de milliers de couturières chinoises qualifiées pour travailler dans ces usines.

Il existe de nombreux vols directs de Wuhan à la Lombardie – pour desservir au moins 300 000 Chinois qui se sont installés en permanence en Italie pour travailler dans les usines chinoises produisant du Made in Italy.

Il n’est donc pas étonnant que le Docteur Giuseppe Remuzzi, Directeur de l’Institut de Pharmacologie Mario Negri à Milan, soit devenu une superstar en Chine. Dans une interview qui a fait le tour du monde, Remuzzi parle de ses découvertes explosives lors de conversations avec des médecins généralistes en Lombardie. Voici le Dr Remuzzi, à 16h19 :

« Savez-vous ce qui s’est passé ? Certains médecins de famille, qui disposent des meilleures antennes sur le territoire, du moins les plus compétentes et les plus attentives, m’ont dit récemment qu’ils voyaient des cas graves de pneumonie, que nous n’avions jamais vus les autres années.

Ces cas de pneumonie n’avaient rien à voir avec une pneumonie grippale typique, c’était des pneumonies interstitielles, il fallait faire un scanner, une radiographie [pour les diagnostiquer], et cela a été vu en octobre, novembre, décembre. Ce virus circule donc depuis longtemps ».

C’était en effet en parallèle ou même avant les premiers cas de coronavirus à Wuhan à la mi-novembre. Il a déjà été scientifiquement établi que les souches de virus à Wuhan et en Lombardie sont différentes. La question de savoir laquelle est arrivée la première et d’où elle vient reste un sujet de débat incendiaire.

Inévitablement, la Route de la Soie de la Santé devrait être rejetée par la bande des Atlantistes comme un stratagème de désinformation exploitant la pandémie pour « déstabiliser » et affaiblir l’Europe. C’est le récit promu par EUvsDisinfo , une ONG dont le personnel adore s’en prendre à la Russie et la Chine pour gagner sa vie.

Pour la bureaucratie bruxelloise, la Route de la Soie de la Santé ne vise donc pas à sauver des vies, mais à « déstabiliser » l’UE et à améliorer l’image de Xi Jinping sur le plan national après que la Chine ait menti, menti et encore menti sur l’étendue et la gravité du coronavirus. Il se trouve que c’est exactement la même histoire racontée par l’administration Trump, les médias corporatifs étasuniens et les services de renseignements des Etats-Unis d’Amérique.

Est-ce que cela a de l’importance ? Pas pour ces 89 nations qui reçoivent une aide et un équipement dont elles ont grand besoin. Les chiens de la diabolisation aboient au passage de la caravane de la Route de la Soie de la Santé.

Pepe Escobar* pour Asia Times

Original en anglais : « China Rolls Out the Health Silk Road »

Asia Times . Hong Kong, le 2 avril 2020

Traduit par : Réseau International * Pepe Escobar est un journaliste brésilien de l’Asia Times et d’Al-Jazeera. Pepe Escobar <http://www.elcorreo.eu.org/local/ca...> est aussi l’auteur de : « Globalistan : How the Globalized World is Dissolving into Liquid War <http://www.elcorreo.eu.org/local/ca...> » (Nimble Books, 2007) ; « Red Zone Blues : a snapshot of Baghdad during the surge <http://www.elcorreo.eu.org/local/ca...> » ; « Obama does Globalistan <http://www.elcorreo.eu.org/local/ca...> » (Nimble Books, 2009), Empire of Chaos (Nimble Books, 2014), et 2030 en format Kindi. Vous pouvez le suivre sur Facebook.


[ Imprimir este artículo ] [ Enviar a un amigo ] [ Ir a la cabecera ]
 

 
 

   APPS

   ASIA

   DEMOCRACIA

   DERECHOS HUMANOS

   DESARROLLO/GLOBALIZACIÓN

   DIÁLOGO NORTE-SUR

   ECOLOGÍA VS ECONOMÍA

   ENLACES - LINKS

   ESTADÍSTICAS

   EUROPA

   LATINOAMÉRICA

   OLVIDADOS POR LA HISTORIA

   SOLIDARIDAD

   TRIBUNA LIBRE



LISTA DE CORREO


�Desea participar al enrequecimiento de esta p�gina?

�Quiere denunciar alguna situaci�n?

Env�enos su art�culo a esta direcci�n de correo electr�nico:

   webmaster@respublicae.org

[ Mapa del sitio ] [ Ir a la cabecera ]

 


 
En la misma sección

Leer otros artículos :
Contrôle, exceptionnalité et coercition à l’ère des réseaux
Est-ce une révolution impensable ?
L’emploi, impasse économique et abîme socialQuel avenir pour le travail ?
Argentine :A courir, que les rats quittent le navire, le bateau {Cambiemos} brule.
Le phallus de cristal
Fréderic Lordon : « Nous ne revendiquons rien »
Fin de l’ère post-néolibérale en Argentine et ascension de la droite pure et dure
La Cour d’appel de Versailles donne un avis favorable à l’extradition de Mario Alfredo Sandoval
Maurizio Macri, Ubu roi
Quand la critique à des visées de destitution en Argentine



[ Ir a la cabecera ]
 

Portada En breve Mapa del sitio Redacci�n


Respublicae.Org es un portal abierto que se nutre de los trabajos de muchos colaboradores ben�volos externos, de diferentes origen e ideolog�a. Por lo tanto, los administradores de este portal no se hacen responsables de las opiniones vertidas en los art�culos que aqu� se publican.
Copyright © RESPUBLICAE.ORG 2003-2007
Sitio web desarrollado con SPIP, un programa Open Source escrito en PHP bajo licencia GNU/GPL.
Dise�o © Drop Zone City & Respublicae.Org